Logo Europelectronics
publicité
EUROPELECTRONICS - VIPRESS.NET - NOUVEAUX PRODUITS - PUBLICITE - CONTACT NEWSLETTERS GRATUITES
   
TABLEAU DE BORD
Espace BUSINESS
Conjoncture
Semiconducteurs
Passifs, écrans, cartes et modules, CAO, mesure
Sous-traitance
Distribution
Clients OEM et infos générales
Espace PRODUITS
Semiconducteurs
Capteurs/Opto/Mems
Passifs
Afficheurs
Logiciels
Modules & Cartes
Energie
Développement
Mesure
Production
Newsletter gratuite
Share |
version imprimable
Appels d'offres PV en France : quo vadis ?

Centralesphotovoltaïques>France>Politique/Réglementation
27/06/2011 15:16:47 :

La publication des projets de cahiers de charges pour les appels à projets photovoltaïques (voir notre article), très attendus depuis l'arrêté du 4 mars dernier, soulève à nouveau l'inquiétude des acteurs de la filière. Sollicités par les autorités, ces derniers ne ménagent pas leur plume pour proposer des modifications : augmenter les volumes, ne pas exclure la surimposition, mettre en place une différenciation géographique, simplifier les procédures au moins pour les projets de moins de 100 kW, voire revenir à un dispositif basé sur des tarifs d'achat au moins jusqu'à 250 kW sinon en totalité …
 
publicité


Les projets de cahiers de charges portent d'une part sur des appels d'offres de type « simplifié » pour des centrales PV de 100 à 250 kW et de type « multicritère » pour des centrales d'une puissance supérieure à 250 kW.

Les réactions des différents acteurs et organisations professionnelles sont très critiques : calendrier inadapté, fragilisation de la filière, aucune visibilité pour les entreprises avant le printemps 2012, usine à gaz technocratique, nécrose des PME et PMI françaises, bureaucratie kafkaïenne, inégalités de traitement entre les filières et les opérateurs, …

Les industriels des Alpes-Maritimes, via le Groupement des acteurs du Photovoltaïque du 06, et la CCI Nice Côte d’Azur se mobilisent aussi pour la modification des cahiers de charges. Ils demandent notamment une prise en compte du contexte de fragilité énergétique des Alpes-Maritimes, un volume d’installation minimum de 20 MW par tranche de puissance et par an réservé pour le département, et la possibilité, pour de jeunes PME, de pouvoir répondre à l’appel à projets en n'exigeant pas immédiatement les certifications ISO9001 et ISO14001. Ces dernières devraient pouvoir s'obtenir dans le cadre d'un programme triennal progressif.

Pour le communiqué du SER-Soler, cliquer ici
Pour le communiqué d'Enerplan, cliquer ici
Pour le communiqué du CLER et d'Hespul, cliquer ici
Pour les propositions d'amendement du Serce, cliquer ici
Pour l'avis du Gimelec, cliquer ici
Pour les propositions d'amendement du GMPV-FFB, cliquer ici
Pour l'avis de la FNCRR, cliquer ici

Retour en haut

Bosch investit 520 M€ dans une usine PV intégrée en Malaisie

Panneaux >Cellules >Matériaux>Allemagne>Reste du monde>Investissements>Stratégie
27/06/2011 15:14:18 :

Le groupe allemand Bosch croit au solaire, et encore plus à son développement à l'international. Il se renforce en effet dans ce secteur avec un investissement de 520 millions d'euros dans la création d'un site photovoltaïque intégré, depuis le tirage du silicium jusqu'au panneau PV assemblé, à Batu Kawan, sur l'île de Penang, en Malaisie. La production, prévue pour démarrer fin 2013 avec une capacité de 640 MWc côté cellules solaires et 150 MWc côté panneaux PV, sera destinée en priorité au marché asiatique …

Le groupe allemand avait annoncé les projets d'extension en Asie de sa division Solar Energy lors de la présentation de ses résultats 2010. Il vient maintenant de signer un accord avec des représentants du gouvernement de Malaisie. Le projet de Penang, dont la construction devrait démarrer avant fin 2011, s'accompagne de la création de 2000 emplois d'ici à 2014.

Pour Franz Fehrenbach, président du directoire de Bosch, « le marché mondial du photovoltaïque est aujourd'hui essentiellement centré sur l'Allemagne, mais cette situation devrait changer dans les prochaines années avec notamment une très forte croissance en Asie, avec une puissance installée passant de 5 GW aujourd'hui à 130 GW en 2020. Au niveau mondial, le marché PV devrait s'établir à 32 GW en 2015, dont seulement un dixième serait installé en Allemagne. L'an passé, le marché allemand représentait plus de la moitié des 17,5 GW de puissance PV installée dans le monde. »

La Malaisie est, quant à elle, située dans la zone dite « Sunbelt » qui s'étend de part et d'autre de l'équateur. Cette zone se distingue par un fort ensoleillement et donc par un fort potentiel photovoltaïque. Bosch vise ce marché régional comme base de développement en Asie pour ses activités solaires. Le groupe possède en outre depuis longtemps des usines pour d'autres secteurs d'activités en Malaisie, et notamment à Penang, et y emploie au total quelque 2300 personnes.

Bosch prévoit de réaliser un chiffre d'affaires de plus de 1 milliard d'euros avec le photovoltaïque cette année. Arrivé dans l'arène avec le rachat d'Ersol Solar en 2008, le groupe s'est développé depuis avec la reprise majoritaire d'Aleo Solar en 2009 Parallèlement, il a investi plus de 500 M€ à Arnstedt (près d'Erfurt, enAllemagne), son centre mondial de compétences PV où il inaugurera officiellement le mois prochain une nouvelle usine de fabrication de cellules solaires qui triple sa capacité de production à 630 MW, un centre de formation professionnelle et un centre de R&D. Bosch y crée ainsi 1000 nouveaux emplois, dont 600 dès cette année.

Début 2011, Bosch a aussi créé, à Böblingen, au sud de Stuttgart (Allemagne), sa division Powertec, qui est dédiée au développement et à la production d'onduleurs PV.

Retour en haut

La capacité d'assemblage de Sillia Energie est désormais pleinement opérationnelle à 50 MW

Silicium>Panneaux >France>Investissements>Stratégie
27/06/2011 14:52:00 :

LANNION – A Lannion, Sillia Energie, société spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de panneaux photovoltaïques à base de cellules solaires en silicium cristallin, tient le cap, contre vents et marées ! Avec un investissement supplémentaire de 3,2 millions d'euros début 2011, Sillia Energie a doublé sa capacité annuelle d'assemblage de panneaux photovoltaïques de 25 MW à 50 MW sur son site largement automatisé, avec notamment l'objectif d'optimiser ses coûts. L'alliance de la qualité et de la compétitivité …

Vidéo de la production chez Sillia Energie

Les dirigeants de Sillia assument ce qui ressemble fortement aujourd'hui à une prise de risque. L'extension de la capacité d'assemblage était en effet prévue depuis un an, et a donc été maintenue en dépit de la baisse d'activité due à l'incessante évolution tarifaire à la baisse depuis début 2010 et, plus grave encore, au moratoire sur le photovoltaïque décrété début décembre 2010 par le gouvernement.

Ses lignes d'assemblage sont toutefois relativement automatisées avec un nombre plutôt impressionnant de robots pour une société de cette taille, ce qui permet de serrer les coûts au maximum. « C'est une guerre incessante mais, autant en terme de coûts de production que de coûts de vente, nous sommes compétitifs avec les meilleurs fabricants, notamment allemands », souligne Frédéric Fabre, directeur des opérations. Le prix moyen s'établit actuellement aux environs de 1,50 €/Wc en Europe.

Doubler les capacités de production était même nécessaire afin d'optimiser les coûts et la deuxième ligne d'assemblage est d'ailleurs plus automatisée que la première. Le doublement de capacité a en outre pu se faire à effectifs quasiment constants. L'outil de production comprend notamment un poste de contrôle supplémentaire des strings de cellules par électroluminescence, deux robots en charge de la soudure des strings de cellules, deux laminateurs dédiés à l’encapsulation sous vide des cellules, un robot dédié à l’ébavurage afin d'obtenir une finition et des bords parfaitement nets.

Démarche qualité pour l'assemblage et les matériaux
« Le site bénéficie aussi de son passé industriel en tant que fabricant de circuits imprimés au sein du groupe Sagem pour des applications dans l'électronique professionnelle, et donc d'un personnel formé aux exigences de qualité. L'utilité de ce savoir-faire est indéniable pour le photovoltaïque », nous a confié Frédéric Fabre.

Sillia Energie dispose d’une surface de 5000 m2 au sol et d’une salle propre. L‘assemblage des panneaux photovoltaïques avec des cellules en silicium mono ou polycristallines est réalisée sous vide. Le processus ainsi que les matériaux utilisés (verre trempé 4 mm de qualité solaire, 2 couches de films encapsulants EVA, 3 couches de backsheet en Tedlar, cadre standard en aluminium anodisé assemblé par sertissage ou cadre Solrif pour l'intégré …) procèdent d'une démarche qualité, qui confère aux panneaux PV une importante résistance aux conditions climatiques et en garantit la longévité.

La production de Sillia se distingue par une traçabilité permanente et des tests sévérisés qui vont au-delà des critères requis par les certifications. Enfin, grâce au tri par puissance, les kits livrés sont composés de panneaux PV homogènes avec une tolérance de +/-1,5 kW.

Pour son catalogue produits et l'élargissement de sa gamme, Sillia développe des panneaux afin de les faire rentrer dans un maximum de structures d'intégration. « Nous pouvons livrer tous types de formats si le volume est adéquat », précise Frédéric Fabre.

Créée en décembre 2008, Sillia a démarré la production en juin 2009 et réalisé 5 M€ de chiffre d’affaires pour sa première année, avec 5 MW livrée et installée. Le CA a atteint 29 M€ en 2010 (et 16 MW livrés et installés) avec un effectif de 61 personnes et16 MW de panneaux PV livrés en 2010.

La société est très présente sur les marchés des bâtiments industriels et agricoles avec des kits de 250 kW, et travaille quasi exclusivement en B2B, avec de gros installateurs et des distributeurs. Cette dernière activité apparaît la plus impactée par le moratoire sur le photovoltaïque. Pour l'instant, Sillia vit en grande partie sur son carnet de commandes « pré-moratoire ». Une situation qui va probablement perdurer toute l'année 2011, et peut-être même jusqu'à début 2012.

En se dotant d'un bureau d'études, la société joue aussi la carte de l'accompagnement de ses clients. Elle est par ailleurs également active dans la R&D en coopération avec l'INES. Elle participe aux appels à manifestation d'intérêt lancés par le gouvernement au printemps 2011 notamment dans le cadre d'un projet portant sur l'augmentation de la durée de vie et de la résistance des panneaux PV. Des études portent aussi sur les cellules solaires, et l'augmentation de leur performance, sur des boîtes de jonction intelligentes avec antivol et/ou coupure sécurité en cas d'incendie par exemple.

Un poste de contrôle des strings de cellules par électroluminescence (en haut à gauche), un robot de soudure (en bas à gauche) et un robot d'ébavurage (à droite)

Retour en haut

Boralex inaugure cette semaine son premier parc PV, construit par Q-Cells à Avignonet-Lauragais

Silicium>Centralesphotovoltaïques>France>Réalisations>Investissements
27/06/2011 14:45:15 :

AVIGNONET-LAURAGAIS – Construit par Boralex SAS, filiale française d'une société canadienne de production d'énergies renouvelables créée en 1982, avec le soutien de Q-Cells, l'un des leaders mondiaux de l'industrie du solaire, le parc photovoltaïque d'Avignonet-Lauragais, près de Toulouse, officiellement inauguré le 30 juin prochain, affiche une puissance installée de 4,5 MW pour une production annuelle attendue à 5,4 GWh. Un projet qui a duré environ trois ans, du début du développement jusqu'à la mise en exploitation commerciale. Coût de l'investissement : 14,6 M€ …

Pour son premier projet solaire en France, Boralex s'est appuyé sur une solution clé en mains proposée par le groupe allemand Q-Cells, dont les ingénieurs de la filiale française ont pris en charge l’ingénierie et la construction de la centrale, et s'occuperont aussi de la maintenance. Basé à Lyon, le bureau d'études de Q-Cells prend en charge des projets de centrales solaires au sol et/ou en toiture.

Le site d'Avignonet-Lauragais côtoie un parc éolien de 17 MW produisant 30 GWh/an, déjà en service depuis quelques années, et constitue ainsi le premier site de production mixte d’énergie solaire et éolienne en France.

Le projet a aussi eu des retombées économiques locales avec l'appel à des sous-traitants régionaux (base de vie du chantier, clôture, génie civil, pose des câbles, aménagement paysager, …), la création d'emplois pérennes et la mise en place d'une maison des énergies renouvelables, type bâtiment HQE (haute qualité énergétique), à visée pédagogique.

Le projet a présenté des caractéristiques et des difficultés particulières, notamment en raison de la zone très ventée ; la structure du parc a d'ailleurs été dimensionnée pour zone de vent de niveau 4. Il a en outre été l'objet d'attentions particulières afin de réduire l'impact au plan environnemental au maximum : respect du drainage existant, pas d'utilisation de béton, plantation d'espèces messicoles, suivi de la faune et de la flore par un bureau d'études pendant 3 ans, démantèlement provisionné en amont avec le recyclage des panneaux PV via la filière PV-Cycle, …



Les principaux chiffres du parc solaire
- début du développement du projet : printemps 2008
- permis de construire : octobre 2009
- ouverture du chantier : mars 2011
- mise en service commerciale : juin 2011
- 20320 panneaux photovoltaïques de 220 Wc pour une production annuelle d'électricité de 5,4 GWh
- 2713 pieux
- 508 tables de 40 panneaux PV chacune
- 64 boîtes de jonction
- quatre postes onduleurs SMA
- 80 km de câbles solaires de 4 mm2, 3,5 km de câble équipotentiel, 2 km de bus CAN, 1,3 km de fibre optique
- 13,8 ha de surface clôturée,dont 3 ha de surface occupée par les panneaux

La production électrique du parc solaire est directement injectée sur le réseau de distribution au travers d'un câble souterrain de 800 m.

La société mère Boralex, qui a son siège au Québec, exploite un parc comprenant plus de 40 sites en exploitation d'une puissance totale de quelque 700 MW dans l'hydroélectrique, le thermique et l'éolien, avec une puissance supplémentaire de 400 MW actuellement en développement. Boralex Inc. a réalisé un chiffre d'affaires de 144 M$ en 2010, avec un effectif de 350 personnes.

La filiale française Boralex SAS a, elle, été créée en 1999, et est détenue à 80% par Boralex Inc. et à 20% par le fonds d'investissement européen Cube. Elle emploie aujourd'hui quelque 40 personnes, avec une tendance croissante. Une équipe jeune, dynamique et, surtout, passionnée par les énergies « vertes ». Son chiffre d'affaires a atteint 33 M€ en 2010. Boralex SAS dispose de 10 sites en exploitation pour une puissance totale installée de 173 MW (dont 10 parcs éoliens cumulant 161 MW) produisant 300 GWh soit l'alimentation de 87500 foyers. Il convient maintenant d'y ajouter les 4,5 MW de son premier site photovoltaïque d'Avignonet-Lauragais, qui bénéficie d’un contrat d'achat sur 20 ans avec EDF.

Créée en 1999, avec une production industrielle de cellules solaires démarrée en 2001, la société allemande Q-Cells a, quant à elle, réalisé un chiffre d'affaires de 1,35 milliard d'euros, et produit des cellules solaires d'une puissance de 940 MWc en 2010. La filiale française de Q-Cells, basée à Lyon depuis 2009, s’est dotée récemment d’une seconde implantation en région parisienne, à Rueil-Malmaison, et compte aujourd’hui 20 salariés répartis sur les deux sites.

Retour en haut

Le marché européen du photovoltaïque tomberait à 65% du marché mondial cette année

Centralesphotovoltaïques>Conjoncture>Etudes de marché>Allemagne>Italie>Etats Unis>Chine>Reste du monde
27/06/2011 14:37:56 :

Le marché du photovoltaïque est en pleine évolution, avec une migration depuis l'Europe, largement dominant encore l'an passé avec 81% de parts du marché mondial, vers de nouveaux pays émergents comme les États-Unis et les pays asiatiques dont, notamment, la Chine ou l'Inde, selon les récentes analyses de Solarbuzz. L'Europe passerait ainsi à 65% du marché mondial dès cette année, et à 53% d'ici 2015 …

Ce n'est pas une surprise : la révision à la baisse des tarifs d'achat entraîne une baisse du poids du marché européen du photovoltaïque au sein du marché mondial. Selon Solarbuzz, le carnet de commandes d'installations PV s'élèverait à quelque 25 GW actuellement au total aux États-Unis, en Chine et en Inde.

Le marché japonais devrait atteindre 1,3 à 1,5 GW cette année. En chemin vers un volume de 6,5 GW en 2015, le marché états-unien devrait, lui, représenter 2 GW cette année.

Enfin, le marché Asie-Pacifique devrait être tiré par la Chine et le Japon pour atteindre une part de marché cumulée de 16% en 2011, après 11% l'an passé, et 26% en 2015.



Pour en savoir plus, cliquer ici

Retour en haut

SOMMAIRE du 27/06/2011
Hebdo précédent
publicité
 PRODUITS & DATASHEETS
Appels d'offres PV en France : quo vadis ?
Bosch investit 520 M€ dans une usine PV intégrée en Malaisie
La capacité d'assemblage de Sillia Energie est désormais pleinement opérationnelle à 50 MW
Boralex inaugure cette semaine son premier parc PV, construit par Q-Cells à Avignonet-Lauragais
Le marché européen du photovoltaïque tomberait à 65% du marché mondial cette année
 ZOOM
Solaire thermique : un 5e fabricant chinois de capteurs sur les rails
 ACCORDS DE DISTRIBUTION
Le PV représenterait une charge de 1 milliard d'euros dans les charges de service public en 2011
SolarBridge lève 19 millions de dollars
Augmentation des volumes d'assemblage de panneaux PV chez Anwell et REIL
Coopération Allemagne – Etats-Unis dans la R&D pour le solaire photovoltaïque et thermique
Et aussi : Allemagne, Australie, Belgique, Italie
-=


Accédez aux différents articles grâce au menu de droite





© VIPRESS - Soyez le premier informé !
Mentions légales